La Belgique francophone devrait rester la pire faiseuse d’échecs en enseignement secondaire d’Europe (et pas que) si elle n’annule pas les redoublements cette année.


Avant les confinements, la Belgique francophone atteignait les plus hauts taux de redoublement d’Europe en 3è, 4è et 5è secondaire.
Avant les confinements notre enseignement secondaire connaissait un taux de décrochage scolaire ET d’absentéisme professoral des plus élevés.
Aujourd’hui, nous voyons des milliers d’élèves supplémentaires forcés de (re)doubler dans l’indifférence TOTALE des politiques, complètement incapables d’intervenir pour limiter ce massacre. Ces victimes ne votent pas.

Rappelons que depuis un an et demi nos adolescent.e.s ont soufferts :

  • d’un manque dramatique d’encadrement scolaire, dont l’enseignement hybride totalement inefficace,
  • d’un manque préjudiciable d’activités sociales,
  • d’un manque handicapant d’activités physiques,
  • d’un environnement familial, sociétal soumis à des tensions inattendues, traumatisantes,
  • et d’après les résultats de ce mois de juin,d’un nombre excessifd’enseignants qui ont surtout montré leur capacité de nuire, vu les milliers d’étudiants supplémentaires qu’ils ont mis en échecs.

Des dizaines de millions d’euros supplémentaires à ajouter aux centaines de millions déjà perdus  (un élève qui double peut rester un an de plus dans sa famille, travailler du coup un an de moins, plus les frais pour la communauté d’une année d’école supplémentaire : coût de 30 à 40 000 euros par doubleur, de court à long terme).

Sans compter que cela favorise :

  • la surpopulation des écoles,
  • le sous-investissement financier (cesdits millions sont perdus),
  • la difficulté pour les professeurs d’enseigner, et pour leurs élèves d’apprendre,
  • le nombre de décrochages scolaires et le taux d’absentéisme professoral,
  • la consultation chez les psychologues, les psychiatres qui en sont dépités et scandalisés,
  • etc.

Un serpent qui se mord la queue tout en ruinant la communauté.

Alors entendre un inspecteur de l’enseignement secondaire dire à un journaliste de la RTBF que des professeurs ont eu raison de faire doubler des majorités d’étudiants de groupes classes, tous victimes des effets néfastes des confinements, c’est à faire peur !

Notre expérience nous montre depuis 45 ans, que les professeurs, les écoles, les cultures scolaires qui écoutent et tiennent compte de la parole des élèves, même en maternelle, offrent un enseignement où les usagers (élèves, parents, enseignants, etc.) sont plus heureux, des élèves plus autonomes et qui réussissent au moins aussi bien leurs études supérieures que les étudiants « bien de chez nous ». Et ça coûte moins cher !

Annulons les redoublements et proposons aux élèves en difficulté, des travaux de vacances adaptés à leurs besoins ! C’est à nous les adultes de leur assurer une meilleure réussite scolaire, un meilleur bonheur d’apprendre. Je ne peux en tant que professionnel de la santé mentale que m’insurger devant une telle maltraitance de notre jeunesse.  Elle n’est pas responsable de la covid 19 et de ses conséquences.

Didier Bronselaer

Rappel: Recours au secours des élèves

Plus que jamais en juin 2021, chaque étudiant.e.s qui se verra menacé.e de réorientation sauvage ou de redoublement, devrait avec l’aide de sa famille ou d’Infor Jeunes (https://inforjeunes.be/), procéder à un recours interne dès la remise des résultats, même si l’école vous dit que « ça ne sert à rien » ! Cette procédure consiste généralement à rédiger une lettre à l’attention de la direction de l’école dans laquelle sont développés les arguments de l’élève. Dans certains établissements, l’élève et ses parents sont invités à rencontrer le chef d’établissement ou son délégué pour défendre leurs arguments (trop souvent c’est pour décourager la démarche, mais tenez bon !). L’école doit vous fournir les documents pour ce faire. 

Si le recours interne est refusé, procédez au recours externe : http://www.enseignement.be/index.php?page=26245&navi=2032  

Notre conseil vaut aussi pour les CEB « raté » : http://www.enseignement.be/index.php?page=24561


Une réflexion sur “La Belgique francophone devrait rester la pire faiseuse d’échecs en enseignement secondaire d’Europe (et pas que) si elle n’annule pas les redoublements cette année.

Les commentaires sont fermés.