LA TOLÉRANCE À LA NON-CONNAISSANCE, À LA NON-COMPRÉHENSION EST LIÉE AU PLAISIR D’APPRENDRE

Voir la vidéo: https://centredereussitescolaire.be/videos-dinformation/articles/ (puis aller en bas de page)

Quoi?! Me direz-vous, valoriser la tolérance à la non-connaissance en plus quand il s’agit des élèves ! Eh bien oui ! Lisez ceci !  C’est l’exposé de Danielle Flagey, pédopsychiatre, psychanalyste, thérapeute familiale, qui me familiarisa à cette réfexion lors d’un séminaire interdisciplinaire résidentiel en octobre 1992.

Chaque élève présente une tolérance à la non-connaissance, à la non-compréhension, différente, mais aussi une autre histoire de vie, d’autres ressources d’apprentissage, un autre vécu scolaire.

L’apprentissage réussi donne du plaisir, donne envie à l’élève de continuer à approfondir cet apprentissage. Continuer à le réussir engendre une motivation profonde, durable.  

Le plaisir d’apprendre amène une tolérance heureuse à la non-connaissance, à la non-compréhension, donc à l’incertitude. Il consolide la confiance en soi, ce pilier de l’identité. Et inversement !

Alors oui, une apprenante, un apprenant, tolérant à la non-connaissance, à la non-compréhension est une personne qui apprend sans doute avec plaisir, qui aime les nouvelles situations d’apprentissage, qui n’a pas peur de décevoir, d’être mise en échec ; elle ne s’angoisse pas quand ses efforts pour résoudre une tâche scolaire ne paient pas vite, elle ne s’inquiète pas jusqu’à perdre ses moyens lors d’une évaluation pour des points qui est potentiellement dangereuse, capable de la mettre en échec.

À l’heure du premier bulletin, pensez-y ! S’il est mauvais, comporte des échecs, veillons à supporter alors l’élève, à réagir positivement. Par exemple en lui posant la question : « Que peut-on faire pour t’aider, pour que ton plaisir d’apprendre à l’école ne se détériore pas ?  »

Conseil pédagogique sur la gestion d’évaluations ou d’examens ratés, ou pas : Les avantages pour l’élève de conserver au moins un exemplaire de chaque interrogation ou examen sont nombreux : analyser ses erreurs, comprendre la façon d’interroger ou de coter de l’enseignant, apprendre à élaborer un questionnaire, se faire une idée de l’évolution de ses performances tout au long de l’année, etc. Cela facilite son autoévaluation, son autonomie, et dédramatise aussi la situation de contrôle, d’examen !

L’équipe


Une réflexion sur “LA TOLÉRANCE À LA NON-CONNAISSANCE, À LA NON-COMPRÉHENSION EST LIÉE AU PLAISIR D’APPRENDRE

Les commentaires sont fermés.