Soyons justes quand nous « accusons » un élève d’incompétence !

L’élève se voit trop souvent accusé d’avoir « mal appris » par ses enseignants, par sa famille et même par lui-même ; il ne mérite pas une telle responsabilité, elle lui fait du tort parce qu’elle n’est pas justement répartie
Les usagers de l’école n’ont pas prise sur les règles culturelles du système scolaire. Ces règles varient selon qu’elles appartiennent à la famille de l’élève, à l’enseignant, à l’école, à la région où elle se situe, à l’histoire du pays, etc. Ce schéma se veut une simple représentation de la réalité didactique la plus fréquente vécue par les élèves dans les écoles secondaires officielles et libres catholiques de l’enseignement francophone belge. Les flèches vertes représentent le pouvoir d’action que possèdent les deux acteurs de la relation d’enseignement que sont l’élève et son enseignant, étant donné les programmes scolaires et l’évaluation sommative.